mapSmall

0.1. Qu’est-ce que
le tactile?

C’est une modalité d’interaction, il se traduit par Touchscreen en anglais. On parle d’interaction tactile à propos des écrans d’affichage électroniques manipulables par le doigt et la main, ou éventuellement avec un stylet. La technologie tactile fait aussi référence aux appareils avec des boutons dont le simple contact avec le doigt suffit à les actionner. Mais lorsque l’ on pense interaction tactile nous pensons surtout aux interfaces des téléphones portables et des tablettes informatiques.

Histoire

Les origines de l’interaction remontent au-début l’ère informatique. Dés l’apparition de l’écran, l’idée est venue de pouvoir interagir en direct avec celui-ci. Mais ce n’est qu’en 1967 que E.A. Johnson (Royaume-Uni) publie un article exposant le premier système d’écran tactile, conçu pour le contrôle aérien. Au début des années 80, apparaît quelques essais commerciaux: Le Fairlight CMI, premier échantillonneur électronique de l’histoire. Il utilisait une interface graphique associée à un clavier musical, un clavier informatique et un stylet lumineux (lightpen). En 1983, Hewlett-Packard lance le HP-150, premier ordinateur personnel tactile commercialisé. Il était équipé d’un système de captation par faisceaux infrarouges. Un système ingénieux mais rudimentaire. Dans les années 90, la technologie tactile devient mobile et apparaît dans les premiers assistants électroniques portables (PDA). En 1993, Apple lance Newton, équipé d’un système de reconnaissance de l’écriture. Au même moment IBM met sur le marché un téléphone tactile intelligent nommé Simon. Trois ans plus tard l’interaction tactile se démocratise avec l’arrivée des Pilots de la société Palm.

Dans l’environnement publique, la technologie tactile s’est démocratisée sur des bornes d’achats, et autres kiosques publiques. Mais le véritable décollage de ce type d’interaction a lieu avec le lancement en 2007 de l’iPhone d’Apple. Il abandonne le stylet pour une interaction entièrement aux doigts, et introduit le multitouch et les gestes d’interaction.

Technologie

Le principe de base de l’interaction tactile est la captation de la main de l’utilisateur, et de l’action de ses doigts à la surface de l’écran. Antérieurement, cette interaction se faisait exclusivement à un seul doigt ou avec un stylet.

Le premier dispositif était Capacitif.
C’est-à-dire que l’écran a en surface une couche constituée d’une sorte de grille fine (relativement transparente) électriquement chargée. Lorsque l’utilisateur touche l’écran, son doigt modifie la charge électrique localement. les coordonnées de ce contact sont mesurés. L’interface agit en conséquence.

Par la suite, le système infrarouge apparaît. Plus simple, ce système est constitué d’émetteur et de récepteur infrarouge qui génèrent un faisceau (invisible à l’œil nu) à la proche surface de l’écran. Lorsque l’utilisateur touche un élément à l’écran, son doigt coupe le faisceau en un point. Le contact est capté mais le fait de toucher l’écran n’est pas vraiment mesuré.

La première technologie tactile commercialisée en masse sur les appareils portables fut la technologie Résistive. C’est un dispositif d’écran en plusieurs couches. Une couche sensible et une couche partiellement souple, maintenues éloignées l’une de l’autre. Lorsque l’utilisateur touche l’écran, il presse la couche souple contre celle sensible. Elles entrent alors localement en contact. Ce point est mesuré pour déterminer la position du contact par le doigt. Assez résistant, ce système avait au début une sensibilité assez limitée et une précision moyenne. L’usage du stylet était de loin préféré au contact par le doigt seul, qui exerce une pression trop large pour le système.
Quand Apple lance l’iPhone, la technologie capacitive était peu employée.

Contrairement au système résistif, le capacitif ne peut pas mesurer la pression du contact. Mais les avantages des nouveaux écrans capacitifs les rendent plus attractifs. Ils sont plus fluide et plus précis que le résistif. Mais surtout, la technologie capacitive (dite projetée) permet la captation de plusieurs doigts simultanément. Ainsi qu’une mesure continue du point de contact, autorisant l’utilisateur à effectuer des gestes sur l’écran. Ces gestes ont totalement transformé l’interaction tactile.

Interface

L’usage de l’ordinateur s’est fortement répandu ces deux dernières décennies. Tout le monde sait globalement employé un ordinateur, avec l’interface des fenêtres, une souris et un clavier. C’est le socle commun d’interaction avec l’informatique. C’est pourquoi, lorsque l’interaction tactile est apparue, elle copia souvent le comportement de la souris comme moyen de positionner le curseur, et de cliquer. Seulement cette action construite autour de la souris et du clavier est mal adaptée au tactile. Le curseur n’a plus besoin d’être présent puisque la main est le pointeur. Il faut alors repenser l’interface entièrement pour cette modalité. De plus la main vient obstruée une partie de l’écran en actionnant les éléments, ceci influence beaucoup la construction de l’interface.

L’écran devient à la fois affichage et contrôle direct. Les informations sont présentées différemment, les contrôles sont simplifiés. Et les actions proposées sont repensées pour être plus adaptées à la main de l’utilisateur. Les interfaces portables sont sans aucun doute les plus explicites. Les téléphones d’abord, ils disposent d’un écran de taille réduite, sur un appareil que l’on tient généralement au creux de la main. Cela implique un usage avec seulement quelques doigts. Ainsi que des éléments d’interaction assez gros pour être facilement atteints par le doigt de l’utilisateur. Les gestes sont un autre problème lié au tactile car ils ne sont pas directement visibles. On ne peut que difficilement deviner quel geste peut être réaliser sur l’écran. Il a fallu ainsi simplifier l’interface afin d’expliciter son usage. Souvent l’emploi de métaphore permet de palier à cette contrainte. Par exemple, la roue que l’on tourne en glissant son doigt dessus (iOS, Apple). Ou l’écartement de deux doigts sur une image pour agrandir celle-ci.

Usages

Le public a commencé à expérimenter les interfaces tactiles dés la fin des années 1980. Les bornes interactives ont permis la rencontre de l’utilisateur et de l’interface tactile. Hélas ces expériences étaient relativement frustrantes car les conditions de fabrication de ces appareils les rendaient grossiers et peu sensibles. Mais le principe d’interaction à un doigt était admis et fonctionnait assez bien.
Un public plus restreint a également expérimenté les premiers ordinateurs portables avec écran tactile. Ainsi que le fameux pda, espèce de super-agenda électronique que l’on pilote avec un stylet. Ces outils assez professionnels étaient plutôt réservés à des utilisateurs avertis. Cette fois il était possible d’écrire des mots sur l’écran. Mais une certaine maîtrise était nécessaire et rendait ce système limité. Mais beaucoup ont eu l’occasion de tester cette interaction.

On trouve depuis plusieurs années des écrans tactiles pour usages commerciaux un peu partout. Les bars et restaurants se sont équipés très tôt. Les supermarchés également. L’interface de ces caisses enregistreuses intelligentes et tactiles apporte une aide véritable dans ces métiers. Stable, simple et configurable. C’est une véritable démonstration de la personnalisation d’interface tactile.
Le milieu médical emploie aussi depuis longtemps des interfaces tactiles, pour leur efficacité, leur simplicité et leur hygiène. Les interfaces tactiles sont apparues un peu partout, disséminée dans des fonctions professionnels. Cependant l’usage du tactile au quotidien pour le grand public n’est apparu que récemment avec l’explosion du marché des smartphones. Ces minis ordinateurs-téléphones portatifs centrent leur interaction autour du tactile. Cela habitue rapidement l’ensemble des utilisateurs à interagir par le doigt sur l’écran, et à effectuer des gestes. Ce point change beaucoup notre rapport à l’interface.

Observations

Le tactile est une modalité d’interaction. C’est un moyen parmi d’autres d’interagir avec des machines électroniques. Cette modalité est restée longtemps cantonnée à des usages professionnels spéciaux ou des bornes publiques diverses. Et on a l’impression qu’un matin nous nous sommes réveillés et que nos appareils personnels étaient devenus tactiles.

L’interaction tactile est devenue assez sophistiquée pour satisfaire tous les utilisateurs. Elle est non seulement plus esthétique, plus confortable et plus souple que l’usage antérieur des boutons. Mais elle apparaît comme plus naturelle et plus évidente. Cette simplicité permet d’accroître les fonctionnalités de la machine, et donc sa complexité, sans que l’appareil ne devienne plus complexe. L’interaction tactile est devenue en cinq ans le mode privilégié des appareils mobiles. Les gps, lecteurs de médias, tablettes et autres appareils sont intégralement tactiles. Les enfants savent manipuler les objets interactifs numériques de plus en plus jeunes. L’interaction tactile a atteint une certaine maturité.

L’évolution des sciences de l’interface a joué un rôle très important dans le développement du tactile. Sans les chercheurs et l’expertise sur l’interaction, l’outil numérique tactile serait encore un prototype. Les designs d’information et d’interface, et l’architecture de l’information, ont ouverts la voie à des fonctionnalités tactiles pertinentes qui dictent aujourd’hui notre conception de ces outils. Une interface tactile doit être concise, simple, fluide et apporter un bon retour visuel. Aujourd’hui il n’y a que trois sociétés dans l’univers des smartphones qui ont réussi à imposer la leur. Google avec Android, Microsoft avec Windows Mobile et enfin la plus célèbre, Apple avec iOS. Ces trois interfaces ont beaucoup en commun. Elles existent en version téléphones et tablettes. Ce qui signifie deux modes d’affichage assez différents. En effet, le plus grand écran de la tablette apporte de nouvelles fonctionnalités et permet un affichage plus confortable. L’interaction

Le tactile est en train de prendre de l’ampleur et de nouvelles interfaces apparaissent. Cependant, L’écran d’ordinateur est encore très peu pensé pour l’interaction tactile et donc généralement il est peu fonctionnel. Tous les constructeurs informatiques se penchent aujourd’hui sur la question de l’intégration du tactile à l’informatique personnelle : professionnelle et familiale. Mais pour le moment, le pc ne change pas. Certains se vantent d’être tactiles, mais au fond rien n’est fait pour cette modalité. La souris reste de loin le périphérique dominant. Et le clavier est second.

L'interaction tactile est une véritable évolution dans le dialogue avec la machine. C'est une modalité confortable, souple et facile. Mais sa conception doit être rigoureuse pour être efficace. De plus l'informatique bureautique et professionnelle n'est pour le moment pas adaptée à l'interaction tactile.