2.2. Modalités d’interaction

Pour interagir avec l’ordinateur, nous employons trois modalités principales:
L’audition, le toucher et bien sûr, la vue.
L’écran et la main sont les intermédiaires privilégiés.
L’interface fait le lien entre ces modalités avec plus ou moins de réussite.

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Standard

L’écran défini à l’œil l’environnement informatique. L’interface est riche et les informations arrivent de toutes parts. Le clavier et la souris permettent de contrôler cette interface. Les mains actionnent et les yeux observent. Rares sont les usages qui ne nécessitent qu’une seule interaction à la fois.

Nous considérons l’ensemble clavier/souris comme le lieu de l’action dans le sens physique. L’écran est l’objet observé. C’est l’endroit de l’action numérique. La souris parcourt l’affichage et manipule les éléments. Le clavier permet d’activer les fonctions disponibles à chaque contexte. Par sa nature statique le clavier physique ne laisse pas voir les fonctions liés aux contextes. Dans la majeure partie des cas, en l’absence de connaissance développée du contexte, l’emploi de la souris est automatique.

Contextes

Le système informatique est très riche de contextes, ils peuvent être très spécifiques et rares. Nous pouvons cependant identifier quelques contextes principaux et récurrents. Ils sont liés à des usages de l’ordinateur. Pour chaque usage, nous allons identifier le (ou les) contexte(s).Définir les informations utiles et les fonctions explicitement disponibles. Nous pouvons ajouter les fonctions disponibles qui ne sont pas rendus visibles par le système. Enfin les informations du système, indépendantes du contexte, sont également des éléments que l’on peut prendre en compte.

Manipulation de fichier
C’est la base du système d’exploitation, il permet l’accès aux éléments numériques, leur organisation, voire leur suppression. Cette interaction se fait avec la souris principalement (Cliquer, sélectionner, déplacer). En combinant les actions de la souris avec le clavier on obtient d’autres actions de la souris (Copier, Transférer). Le clavier permet l’accès à des fonctions liées à l’organisation des documents. On peut ainsi créer un dossier, le supprimer, le renommer. Visualiser un aperçu, affichés les informations, etc. L’action est principalement liée à l’organisation des fichiers.

Rédaction
Que ce soit pour rédiger un texte, un mail ou saisir du code, la rédaction est une activité importante de l’ordinateur. Cela est sensé expliqué l’importance du clavier. Cet usage emploie beaucoup le clavier. L’usage de la souris et presque facultatif. Le clavier permet la saisie des caractères et des symboles. Et il permet de positionner l’endroit de cette saisie dans l’interface. De plus le clavier propose de nombreux raccourcis vers les fonctions d’édition, de gestion du fichier, de contrôle du programme, etc.

Écoute
L’écoute de la musique, de la radio, d’une interview ou d’un quelconque son, constitue un usage qui a un contexte spécifique. Pour le cas d’une écoute active avec manipulation de la piste sonore, l’interaction peut se faire aussi bien à la souris qu’au clavier. En effet, les accès aux fonctions sont répétés. On peut ainsi lancer la lecture, la mettre en pause, l’arrêter, passer à la piste suivante ou précédente, sauter un passage, etc. L’interface visuelle est préférée, et l’emploi se fait généralement au curseur de la souris. On peut facilement affirmer que l’absence d’informations au clavier ne permet pas de déterminer les fonctions disponibles ni leur localisation. En revanche le clavier est très utile pour recherche une piste par mot clé (nom, auteur, album…}

Visualisation d’une vidéo
À l’instar de l’écoute, la visualisation vidéo est une activité de plus en plus répandue dans les usages domestiques de l’ordinateur. L’interaction est aussi majoritairement à la souris alors que le clavier permet l’accès à la quasi totalité des fonctions. Seulement il est trop laborieux de mémoriser ces actions à moins d’en avoir un usage très intensif. Le contrôle de la lecture, des options et de l’affichage sont pourtant disponibles sur le clavier qui ne laisse toujours rien voir. L’usage du clavier est encore plus réduit que pour l’écoute.

Navigation web
La navigation sur internet est devenue l’une des activités informatiques majeures. C’est un usage domestique et professionnel. Ses fonctions sont nombreuses mais les contextes sont assez limités car la navigation est effectuée via un explorateur internet. Il en existe plusieurs mais leur emploi est très similaire car le langage d’internet (html) est très structuré. Ainsi il est possible d’agir sur la position de navigation, la fenêtre de navigation et l’affichage. Le reste des paramètres étant déterminés par le site visité. La souris est l’interaction principale sur le web. Mais internet est un outil de communication massivement textuel et cela donne une place importante au clavier. Dés l’origine, la recherche par adresse ou par mot-clé nécessite l’emploi du clavier.

Production de données
Nous pouvons englober la génération de document, l’édition et la manipulation dans ce contexte de fabrication de données. En fait, chaque type de données implique un type d’application qui possède ses propres contextes. Mais dans l’ensemble on retrouve des caractéristiques communes. On peut dire que pour les applications peu utilisées l’interaction est principalement à la souris. En revanche, avec l’usage et l’habitude de certains programmes, on mémorise les fonctions au clavier. Certains usages professionnels obligent même à personnaliser les fonctions disponibles aux claviers pour adapter le programme à ses propres usages, ou habitudes. Le clavier est alors très employé mais ce contexte est plus destiné à une utilisation professionnelle des outils informatiques. Si l’on prend le cas d’un designer graphique. Celui-ci emploie certainement un logiciel de tracé vectoriel. Ce logiciel est très riche. Afin de réduire ses efforts, et d’accélérer ses opérations, il doit apprendre et mémoriser une série de raccourcis clavier. La gestion des documents, la manipulation des objets, leur transformation, l’affichage et bien d’autres fonctions sont contrôlées par la souris et le clavier. Dans une optique d’efficacité maximum.

Usages

L’observation des utilisateurs permet de mieux comprendre les usages, et les différences entre les contextes. Les modalités d’interaction sont communes à tous mais varient légèrement d’un individu à un autre. Une quinzaine d’utilisateurs expérimentés ont été filmés dans leur utilisation de l’ordinateur pour différents usages. Ces vidéos ont été analysés. Les informations suivantes sont issus de ces analyses.

Vidéo2 : Claire - inDesign - MacBookPro
Utilisation simultanée de la souris et du trackpad
(originellement même fonction)
Déplacement et zoom via trackpad (scroll 2 doigts)
Interaction curseur avec la souris

Vidéo3 : Jean-Marie - inDesign - MacPro
Séparation entre interactions clavier et souris.
Anticipation des combinaisons gestuelles mémorisés

Vidéo5 : Elsa - inDesign - iMac
Combinaison clavier/souris importante
Forte utilisation des raccourcis de contrôle (homothétie)

Vidéo6 : Martin - inDesign - iMac
Allers-retours souris/clavier
Faible intrication des différentes modalités d’interaction

Vidéo9 : Xavier - Rhino- Vaio (notebook)
Usage très important de la souris
Nombreuses fenêtres-menus affichées

Vidéo10 : Kristina - AutoCAD- Dell (notebook)
Usage important de la souris (manipulation)
Répétition excessive de quelques raccourcis (≈2 touches simultanées)

Vidéo11 : Lucie - Final Cut Pro - MacPro
Manipulations à la souris : curseur et navigation
Utilisation répétée de la barre espace pour contrôler la lecture

La souris est indiscutablement l’outil dominant d’interaction dans tous les cas. Qu’elle soit un périphérique indépendant ou un outil intégré à l’ordinateur. Cependant chaque contexte privilégie un type d’interaction, invoquant les différentes modalités de contrôle. La souris, le scroll et les raccourcis se combinent et s’entremêlent pour plus de contrôle et de confort. Raccourcis et curseur sont difficiles à employer simultanément. Les gestes sont généralement incompatibles. Et cela entrave la «fluidité» d’interaction.De plus les habitudes et les difficultés de changement entraînent des comportements et des usages, plus ou moins adaptés.

Scénarios

Si l’on imagine que les outils d’interaction physiques sont remplacés par une interface tactile. Les analyses précédentes nous aident à déterminer des scénarios d’usage pour les différents contextes identifiés. Dans tous les cas, la souris doit être simple d’accès et d’utilisation. Ensuite, l’espace originellement dédié au clavier, peut varier et s’adapter. Et présenter des informations utiles qui ne sont pas visibles à l’écran, ou encore répéter des informations pertinentes.

Explorateur
Fonctions de manipulation des fichiers et dossiers. Informations sur les fichiers sélectionnés. Aperçu. Aide à la navigation.

Audio
Fonctions de gestion du document. Contrôles de la lecture. Informations sur le document et la lecture.

Vidéo
Fonctions de gestion du document. Contrôles de la lecture. Informations sur le document et la lecture. Gestion de l’affichage.

Texte
Fonctions de gestion du document. Saisie du texte. Manipulation du texte. Outils d’aide à la saisie.

Généraliste
Dans tous les usages, certains contextes sont récurrents comme la validation d’une action, ou le réglage d’un curseur. Ce type d’action récurrente peut être simplifié par l’affichage des choix possibles sur l’interface de saisie tactile. Ainsi, toutes les fenêtres de validation deviendrait accessible plus rapidement et plus simplement.

Observations

Le clavier doit être là pour permettre l’accès aux fonctions récurrentes et utiles à l’usager, pour chaque contexte. Mais sans bouleverser l’organisation de l’outil (modalité cohérente). Les fonctions cachées ou complexes sont rendues accessibles. La visibilité de l’interaction, et la fluidité de la navigation doivent être améliorées. La souris est une modalité très importante et non négligeable. Surtout si elle est intégrée à l’interaction tactile. En quoi elle devient une modalité gestuelle à traiter sérieusement.

On peut conclure que les modes et usages peuvent être présents simultanément, et/ou séquentiellement, via l’interaction tactile. Pour cela, il faut penser chaque geste globalement, et dépendants les uns des autres. Parfois les uns à la suite des autres.

L'usage de l'ordinateur requiert l'emploi du clavier et de la souris. Alternativement et simulanément. L'interface doit donc être pensée pour assurer ces actions et les rendre au moins, si ce n'est plus, confortable. Les usages sont nombreux mais leur diversité est limitée, cela permet de définir des scénraios d'usage assez complets.