3.C. Conception - CONCLUSION

À la conclusion de la phase de recherche précédente, plusieurs propositions d’interface sont apparues.
Celles-ci ont été observées, critiquées et questionnées. Ce qui nous a amené à développer plus loin certaines problématiques.
Ces études approfondies nous ont révélées les lacunes et les possibilités qui existent dans le projet.

 

«Souplesse,
contrôle,
simplicité,
visualisation,
personnalisation,
autonomie»

Cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder aux prototypes:

Conception - Prototype

Bilan

Il est apparu pertinent de concevoir une interface plus complexe et plus riche, exploitant plus loin les nouvelles fonctionnalités offertes par l’interaction tactile déportée. Les points suivants ont donc été abordés :

Multiples modifications et haute personnalisation

Nouvelles fonctionnalités et comportements évolués

Évolution de l’interface personnelle et autonomie du système

Évaluation du degré de rupture avec l’expérience utilisateur

Ces recherches ont permises de ré–interroger les propositions précédentes, ainsi que les recherches qui avaient précédés. Mettant ainsi en lumière les aspects qui sont plus ou moins variables dans ce projet. Cet ensemble de possibilités ainsi exposées nous amène à proposer une nouvelle interface, totalement en marge des propositions précédentes.

Objectif

L’objectif de cette interface est une souplesse plus grande, un contrôle renforcé de l’ordinateur et de l’interface de saisie. Ainsi qu’un plus grand usage des fonctionnalités tactiles. Cette interface numérique dynamique est plus proche de l’interface graphique utilisateur d’une application que de nos outils de saisie classiques. Il faut oublier le clavier qui ne fait alors plus sens hors de la saisie de texte. La souris demeure car elle est un outil indispensable à l’exploitation du système de l’ordinateur. Cette interface est complexe, mais par l’emploi d’une mécanique basique et récurrente, l’utilisateur sait ce qui est possible et comment l’atteindre. L’interaction est assurée par une logique générale cohérente.

Critique

Les résultats obtenus par cette proposition et les critiques formulées nous obligent à abandonner cet axe de recherche. L’interface s’avère trop complexe pour être une solution de remplacement des périphériques physiques. La proposition apparaît plus comme une interface tiers en complément des outils déjà existants. Or ce n’est pas l’objectif du projet. Il apparaît donc plus raisonnable de revenir à une proposition moins en rupture. Et exploitant au mieux les observations formulées sur les nouvelles fonctionnalités liées à l’interaction tactile. Ces conclusions ouvrent donc sur l’étude approfondie des gestes tactiles, et de l’interaction gestuelle complexe dans un contexte d’outil de saisie assez classique.

On distingue trois catégories de geste au sein de l’interface :

La gestuelle propre au clavier en cours d’utilisation

La gestuelle de manipulation du curseur dans les différents contextes (dont l’utilisation du stylet)

La gestuelle propre au contrôle de l’interface et à ses fonctionnalités

La problématique de la rupture d'usage est très présente. Cela conditionne la conception de mon interface. Je fais donc le choix de proposer une système plus simple et moins novateur. Il apparaît que les gestes permis par le multitouch sont une bonne solution pour enrichir ce système sans le complexifier. Il s'agit maintenant de tester et de valider ces gestes.